KorlaPandit.jpg
Tel un songe, m'apparaît en volutes pourpres le maître éthéré et enturbanné de l'orgue Exotica des grandes heures du genre, le maestro pseudo Indien Korla Pandit (John Roland Redd pour les impôts américains), disparu jour pour jour il y a douze ans ...
Hypnotisé, j'exécute sa volonté de le faire renaître à l'écran par son interprétation terminale - n'en déplaise aux fans de surf-music guitaristique, qui par ailleurs ont toute ma sympathie - de ce standard populaire adapté des merveilles de la chanson populaire grecque rebetiko des années 20 et 30. Misirlou (ou Miserlou), la belle Egyptienne... Korla Pandit, c'est à vous.