dans le train qui te mène à la ville inondée, une femme 
parait dans le reflet de la vitre, son air neuf et apaisé
mêlé à la précipitation des paysages, immédiatement
effacés, te surprend dans un demi-sommeil et tu peines
à te reconnaitre, fermant les yeux pour rester maître du temps