mandelstamh_c.jpg Dans ce petit livre, le toujours génial éditeur Harpo & réunit 2 courts essais de Mandelstam. Le premier est consacré à Piotr Tchaadaev, penseur "occidentaliste" de la Russie du XIXème siècle - quelques infos ici. C'est l'occasion de "réhabiliter" Tchaadaev et sa pensée, en insistant d'abord sur le rêve d'un désarmement "spirituel" général (l'essai est publié en 1914) et surtout sur le caractère national comme déploiement achevé de la personnalité, et de la Russie comme source de la liberté morale absolue. L'occasion de souligner que l'Occident ne représente pas nécessairement le "graal".
Le second essai, écrit en 1923, à l'heure où la Révolution Russe commence à se consolider et à se stabiliser, interroge la notion de structure sociale, au travers de la métaphore de l'urbanisme. Certaines époques disent qu'elles n'ont rien à faire de l'homme, qu'il faut l'utiliser comme briques ou ciment, qu'il faut construire à partir de lui et non pour lui. L'architecture sociale se mesure à l'échelle de l'homme. Parfois, elle se fait hostile et tient sa grandeur de l'humiliation et de l'anéantissement de l'homme.
Un sujet toujours d'actualité...