Du coup, en cette matinée de deuils, je reporte à plus tard les quelques billets que je voulais publier. Ma journée s'en trouve toute modifiée. Lu sur le blog de MDA, ces vers d'Alvaro de Campos (aka Fernando Pessoa) :


Je ne suis rien
Je ne serai jamais rien
Je ne peux vouloir être quoi que ce soit
A part cela, j'ai en en moi tous les rêves du monde