champs_magnetiques.gif Ce recueil de textes écrits à quatre mains selon le principe de l'écriture automatique, est un livre "majeur" pour moi et pour mon goût à la poésie, au même titre que Rimbaud (Une saison en enfer, les illuminations). Et plus particulièrement le premier des textes qui ouvre le recueil : la glace sans tain. Plus qu'un texte ou un assemblage de phrases et de mots, c'est comme un rêve sans fin qui m'habite et m'absorbe, au même titre que l'homme approximatif, de Tristan Tzara.

Prisonniers des gouttes d'eau, nous ne sommes que des animaux perpétuels.