citoyen lambda

carnet de route

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Mandelstam

Fil des billets

lundi 10 mai 2010

(sans titre)

D'une simple fissure, en montagne
sourd une eau... discordante au goût
- mi-douce, mi-dure... ambigüe,

de même afin de mourir pour de vrai
mille fois le jour je me prive de  l'usuelle
faculté de soupirer et connaitre les fins...

Ossip Mandelstam
décembre 1933
(traduction : Christiane Pighetti) - éditions Allia

lundi 29 mars 2010

Humanisme et contemporanéité (Ossip Mandelstam)

mandelstamh_c.jpg Dans ce petit livre, le toujours génial éditeur Harpo & réunit 2 courts essais de Mandelstam. Le premier est consacré à Piotr Tchaadaev, penseur "occidentaliste" de la Russie du XIXème siècle - quelques infos ici. C'est l'occasion de "réhabiliter" Tchaadaev et sa pensée, en insistant d'abord sur le rêve d'un désarmement "spirituel" général (l'essai est publié en 1914) et surtout sur le caractère national comme déploiement achevé de la personnalité, et de la Russie comme source de la liberté morale absolue. L'occasion de souligner que l'Occident ne représente pas nécessairement le "graal".
Le second essai, écrit en 1923, à l'heure où la Révolution Russe commence à se consolider et à se stabiliser, interroge la notion de structure sociale, au travers de la métaphore de l'urbanisme. Certaines époques disent qu'elles n'ont rien à faire de l'homme, qu'il faut l'utiliser comme briques ou ciment, qu'il faut construire à partir de lui et non pour lui. L'architecture sociale se mesure à l'échelle de l'homme. Parfois, elle se fait hostile et tient sa grandeur de l'humiliation et de l'anéantissement de l'homme.
Un sujet toujours d'actualité...

dimanche 6 décembre 2009

Les cahiers de Voronej (Ossip Mandelstam)

voronej.jpg C'est l'objet qui m'a attiré de prime abord : un livre magnifiquement édité et imprimé par Harpo &. Mais sitôt coupées les pages, je me suis senti tout de suite happé par les poèmes de Mandelstam, écrits alors qu'il était assigné en résidence (avant de mourir dans un camp de Sibérie un année après). Où comment le poète, même dans sa solitude et son tragique destin sait nous faire partager la chaleur qui habite son coeur...