citoyen lambda

carnet de route

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Michel Onfray

Fil des billets

vendredi 7 mai 2010

A propos du débat (?) autour du dernier ouvrage de Michel Onfray

Le dernier livre de Michel Onfray (Le crépuscule d'une idole, sur Freud) fait débat, c'est le moins qu'on puisse dire et agite le soi disant microcosme "intellectuel" français. N'ayant pas lu le livre, je me garderai bien d'émettre un avis. Mais je dois reconnaitre quand même que ce débat m'intéresse à plusieurs titres : j'ai toujours été "sensible" à ce que je crois connaitre de la psychanalyse. Je l'ai même pendant longtemps "rejetée", tout du moins pour moi. J'aime aussi Michel Onfray, enfin le peu que j'en connais. Comme je le soulignais dans un précédent billet, je n'ai pas assez de "culture" pour juger ou non ses éventuelles approximations. Peu m'importe ! Ce que j'aime chez lui, c'est qu'il m'incite à en savoir plus, à réfléchir, qu'il invite au débat et qu'il le fait d'une façon plutôt intelligente dans un monde médiatique qui ne l'est pas. Aussi, j'ai lu avec beaucoup d'intérêt les différents points de vue publiés dans Le Monde, autour de ce livre. Il y a une première synthèse ici. Parmi les différents "points de vue", je vous recommande tout particulièrement ceux de Serge Tisseron, Daniel Sibony, Téri Feugeas et bien évidemment la "réponse" de Michel Onfray.

dimanche 11 avril 2010

Philosopher comme un chien (Michel Onfray)

philochien.jpg Je me suis bien amusé à lire ce recueil des chroniques qu'a tenues Michel Onfray dans le futur feu Siné Hebdo. C'est plaisant à lire, peu ennuyeux, pas du tout politiquement correct - comme on dit de nos jours -, parfois avec un peu de mauvaise foi (mais c'est cela qui est bon et nécessaire, surtout dans l'exercice de chroniqueur) et l'ouvrage contient quelques portraits ciselés dans un beau vitriol qui fait mouche ! Ainsi la Sainte Ségolène du Poitou (cible facile me direz-vous), et bien d'autres, dont quelques "intouchables" (Freud par exemple) ou le petit cercle des "intellectuels" bien en vue qui occupent depuis les années 80 l'espace médiatique... Peut-on parler d'espace à propos d'un champ si réduit ?

Mais l'ouvrage n'est pas qu'un chamboule-tout. Il contient aussi des chroniques qui ouvrent l'esprit vers d'autres horizons et des pistes de réflexions. C'est d'ailleurs cela que j'aime chez Michel Onfray. On peut lui reprocher d'être parfois approximatif (pas moi, je suis dix mille fois plus approximatif que lui !) dans l'usage qu'il fait des textes mais c'est un philosophe de l'action et du présent. Pour lui, la philosophie n'est pas que réflexions et pensées, mots et phrases, mais aussi un moyen de lutte et d'engagement. L'Université populaire de Caen en est un bon exemple : je ne me contente pas d'essayer de transmettre mes idées mais je donne à tous les moyens de se faire sa propre idée. Voilà ce que j'aime chez cet homme, même si je ne partage pas toutes ses opinions : il est engagé, plus qu'enragé et nous invite au débat plutôt qu'à la contemplation du banquet duquel nous sommes exclus.

Lire la suite...